PROJET ÉOLIEN DE QUILLIEN

Résultats des études

R

Le projet éolien a fait l’objet d’une étude d’impact sur l’environnement et d’études spécifiques à certains volets, présentées ci-dessous. Ces études permettent d’adapter le projet à son territoire et à son environnement et de s’assurer de la conformité réglementaire du parc éolien en matière d’acoustique par exemple.

Biodiversité

Le projet éolien de « Quillien » s’inscrit dans un contexte environnemental d’agriculture intensive et de la quasi absence de trame verte écologiquement fonctionnelle. Concernant les chauves-souris, après des écoutes au sol et en altitude, l’activité apparaît globalement limitée et liée très essentiellement à des espèces de faible intérêt écologique. Concernant l’avifaune, plusieurs espèces patrimoniales ont été localisées sur la zone d’étude ou en marge :

  • Pour ce qui est de l’Autour des palombes et du Busard St Martin observés en période d’hivernage, et en migration pré-nuptiale pour le Busard Saint-Martin, si la zone d’étude constitue une partie de la zone de chasse, les retours bibliographiques montrent que ces espèces sont peu sensibles au cours de leurs maraudes ;
  • Pour ce qui est de l’Alouette lulu et de la Linotte mélodieuse, la seule sensibilité retenue est liée à la phase travaux qui peut perturber la reproduction de ces espèces, autrement peu ou pas sensibles à l’éolien ;

Linotte mélodieuse – Crédit photo : Calidris

La flore et l’autre faune ne présentent pas de sensibilité spécifique du fait de la dégradation des habitats naturels.

Chemin d’accès sur le site éolien – Crédit photo : Calidris

Des mesures de réduction d’impact en phase travaux et d’accompagnement en phase exploitation sont proposées afin d’assurer la meilleure intégration environnementale du projet.

Paysage

Le site étudié est compris dans un paysage de plateau ondulé, caractéristique du centre Bretagne (plateau de Pontivy-Loudéac), avec bocage, vallons, boisements, patrimoine religieux et exploitations agricoles modernes avec bâtiments d’élevage hors-sol.

Le projet est éloigné des lieux présentant des enjeux les plus forts (reconnaissance sociale, sites touristiques et/ou patrimonial) que sont la vallée de l’Oust empruntée par le canal de Nantes à Brest, les villes de Josselin et Ploërmel avec des impacts nuls depuis ces centres villes.

Les sensibilités définies dans l’état initial ont été prises en compte lors de la définition du projet, à savoir la notion de répartition des parcs éoliens et la perception du projet depuis l’église de la Trinité-Porhoët. Ainsi, le Nord de la zone potentielle d’implantation ne comprend finalement pas d’éolienne pour s’éloigner du bourg de Plumieux et de l’habitat dispersé présent également au Nord du site. L’absence d’éoliennes dans le Nord du site permet aussi de définir des impacts faibles à nuls depuis le centre ancien de la Trinité-Porhoët et son église.

Les impacts sur les sites patrimoniaux et touristiques sont par conséquent faibles.

L’impact paysager est modéré à faible en s’éloignant. Le projet s’inscrit dans le paysage éolien existant dans les périmètres éloigné et rapproché. Le relief et la végétation du bocage conditionnent les vues, dont celles en direction du projet et composent des plans intermédiaires entre l’observateur et le projet. Les impacts les plus forts concernent les vues depuis le périmètre proche du projet. Ces impacts restent cependant faibles du fait de l’emprise limité du projet (4 éoliennes) et de sa distance aux autres projets éoliens (plus de 3 km). Ci-dessous, des photomontages depuis le Nord du hameau de Quillien d’abord, puis depuis Blaye :

Les impacts sont faibles depuis les centres bourgs de Plumieux, Mohon, le Cambout, La Trinité-Porhoët, et nuls depuis Saint-Etienne-du-Gué-de-l’Isle. Les vues d’ensemble comprenant le projet s’organisent depuis les lieux dégagés de La Trinité-Porhoët et Mohon sur le haut de versant du vallon du Ninian, et depuis les sorties des autres bourgs.

Acoustique

L’analyse acoustique prévisionnelle montre que le parc éolien respectera la réglementation applicable. Pour cela, des bridages seront mis en place .

Après la construction du parc, pour s’assurer de sa conformité à la réglementation, une étude acoustique sera menée sur le parc en fonctionnement selon les normes en vigueur. Ces mesures post-implantation permettront d’affiner les plans de gestion acoustique du parc. En effet, les modes de fonctionnement proposés dans la présente étude sont établis en fonction des possibilités technologiques et des données disponibles au moment de la réalisation de l’étude. Ainsi, lors de la construction du parc, ils seront optimisés en fonction des améliorations les plus récentes réalisées sur le modèle de la machine retenue (améliorations intrinsèques de l’éolienne – cf. serrations sur le parc de Plumieux / Saint-Etienne-du-Gué de l’Isle – , réduction de puissance, combinaison de modes de bruit réduits, etc.).

PROJET ÉOLIEN DE QUILLIEN
Nous utilsons des cookies pour la mesure d'audience
En savoir plus
Accepter
Refuser